Pédia-04Eczéma atopique chez les adolescents à Yaoundé, Cameroun

Pédiatrie
A. Djenabou 1, ,*A.D. Balkissou 2, E.W. Pefura-Yone 2.
1Hôpital Jamot de Yaoundé - Yaoundé (Cameroun), 2Hôpital Jamot de Yaoundé et Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales-Université de Yaoundé 1 - Yaoundé (Cameroun)

*Auteur(s) correspondant(s).
Adresse email : djenabouamadou@yahoo.fr (A.Djenabou)
Introduction

La prévalence de l’eczéma atopique a augmenté dans le monde ces dernières années. Le but de cette étude était de déterminer la prévalence de l’eczéma atopique chez les adolescents à Yaoundé et de rechercher ses déterminants.


Méthodes

Cette étude transversale a été réalisée de décembre 2013 à mars 2014 (4 mois) incluant les adolescents de 10-19 ans recrutés dans les lycées et collèges de la ville de Yaoundé-Cameroun. L’eczéma atopique a été définie comme l’existence d’une dermatose chronique prurigineuse évoluant par intermittence sur une période d’au moins 6 mois et touchant électivement certaines zones (plis des coudes, derrière  les genoux, en avant des chevilles, sous les fesses, autour du cou, autour des yeux ou des oreilles) durant les 12 derniers mois. La régression logistique a été utilisée pour la recherche des déterminants.


Résultats

Au total, 1640 adolescents (56,5% de sexe féminin), d’âge médian (intervalle interquartile) de 15 ans (13-16 ans) ont été inclus. Par ailleurs, 8,4%  et 11,5% des adolescents avaient respectivement des sifflements dans la poitrine et des signes de rhinite allergique au cours des 12 derniers mois. La prévalence  (intervalle de confiance à 95%) de l’eczéma atopique était de 11% (9,6-12,5%). Des 155 adolescents avec eczéma atopique, 25% avaient eu une perturbation du sommeil au moins une fois par semaine en rapport avec le prurit induit par l’eczéma. Les déterminants indépendants de l’eczéma atopique chez les adolescents étaient l’âge [odds ratio (intervalle de confiance à 95%) : 1,09(1,03-1,17) par augmentation d’une année, p=0,007 ] ; le sexe féminin [1,52(1,10-2,11), p= 0,011] ; l’existence des symptômes d’asthme au cours des 12 derniers mois [2,76 (1,80-4,25), p< 0,001] et des symptômes de rhinite allergique [3,18(2,18-4,63), p < 0,001]. 


Discussion

Conclusion

La prévalence de l’eczéma atopique chez les adolescents est relativement élevée à Yaoundé et est associée à d’autres affections allergiques. Une sensibilisation des médecins et de la population devrait améliorer le dépistage et la prise en charge de cette affection dans notre environnement.


Bibliographie